Côte d’Ivoire : « Boycott actif » de Bedié et Affi faute de moyen financier pour la présidentielle

DSNB Africa News
Spread the love

Au lendemain de l’annonce de leur retrait de la présidentielle du 31 Octobre prochain, quelques pistes pour comprendre la décision commune d’Henri Konan Bedié et de Pascal Affi N’Guessan.

Approchés depuis hier, des proches des deux candidats mettent en avant un position commune, la déception de ne pas avoir eu les moyens nécessaires de faire barrage au RHDP.

Un cadre du PDCI, contraint au silence (seul Guikahué est autorisé à s’exprimer, ndlr), nous expliquera qu’Henri Konan Bedié a approché des hommes d’affaires, dont certains de la sous région, en vue de jouir de liquidité nécessaires pour financer le parti pour la finale électorale du 31 Octobre prochain.

Il confie, l’expliquant en émettant l’hypothèse d’un contexte de crise financière liée aux effets du coronavirus, que l’ancien Président n’a pas eu les retours escomptés.

Dépourvu des moyens nécessaires, à l’en croire, Henri Konan Bedié qui jouit certes d’actifs importants mais pas de liquidités nécessaires, n’a pas eu autre choix que de se retirer.

Même son de cloche du côté de Pascal Affi N’Guessan, un de ses proches joint, a, lui avancé « des promesses d’argent non tenues de la part du Gouvernement. ». Déçu, à l’image d’autres qui pensaient « gagner un peu » en allant en campagne, il nous explique que ce boycott actif sonne, de fait, la réélection de Ouattara et l’éclatement du PDCI et du FPI.

D’accord avec le fait que l’enjeu de cette présidentielle demeure désormais dans celle de 2025, il voit l’avènement d’un nouveau paysage politique avec les générations Blé Goudé d’un côté et Hamed Bakayoko de l’autre et peut être Tidjane Thiam si ce dernier, pour revenir dans le jeu politique local, acceptait, selon lui, un poste de Ministre d’Etat dans le prochain Gouvernement d’Alassane Ouattara.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *