Mali : La CEDEAO exige une transition maximale de 12 mois avec des civils au pouvoir

DSNB Africa News
Spread the love

La Communauté économique des États d’Afrique de l’Ouest (Cédéao) a demandé à la junte, qui a pris le pouvoir au Mali, de désigner un président civil de transition d’ici le 15 septembre, selon le communiqué final du sommet à Niamey. Au cours de cette cession extraordinaire le président ghanéen a été élu président de la CEDEAO. M. Akufo-Addo succède au président nigérien Mahamadou Issoufou, et exercera la présidence tournante du groupe pour une durée de 12 mois.

Réunis à Niamey, au Niger, les dirigeants d’Afrique de l’Ouest ont décidé, lundi 7 septembre, de donner jusqu’au 15 septembre à la junte militaire au pouvoir au Mali pour désigner un président et un Premier ministre de transition.

Dans un communiqué lu à l’issue de leur sommet, les chefs d’État de la Communauté économique des États d’Afrique de l’Ouest (Cédéao) ont précisé que ce président et ce Premier ministre devaient être des civils.

Soucieuse de maintenir la pression sur les militaires ayant renversé le 18 août le président Ibrahim Boubacar Keïta, la Cédéao n’a pas levé les sanctions prises contre le Mali après le coup d’État : fermeture des frontières, et embargo sur les échanges financiers et commerciaux.

Ils ont néanmoins salué les mesures prises par la junte au cours de la semaine écoulée, afin d’ouvrir une concertation avec les partis politiques et des représentants de la société civile au sujet de la période de transition.

La Cédéao exige le rétablissement rapide d’un régime civil au Mali et l’organisation d’élections dans un délai d’un an, un calendrier sur lequel la junte réunie au sein d’un Comité national pour le salut du peuple (CNSP) ne s’est pas engagée.

Avec AFP et Reuters

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *